AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Vous aimez Make a Wish ? N'oubliez pas de passer dans le sujet sur PRD pour donner votre avis !

Partagez|

So… You said you knew my parents ? † Hector.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
avatar

Roméo du Lundi

Voir le profil de l'utilisateur

Messages : 182
Poussière de fée : 693


MessageSujet: So… You said you knew my parents ? † Hector. Mer 31 Mai - 10:58

SPOILER PDC 5 POTENTIEL.


So… You said you knew my parents ?
Hector Barbossa & Henry W. Turner.
Le Queen Anne’s Revenge était vraiment un bateau magnifique bien que ses ornements en or n’étaient pas nécessaire pour le rendre plus imposant et plus magnifique qu’il ne l’était déjà. Si le Black Pearl avait impressionné Henry pour sa vitesse et sa puissance, le Queen Anne’s Revenge l’avait ébahit pour sa splendeur et pour son charisme. On ressentait du Queen Anne’s Revenge quelque chose de bien plus fort qu’on pouvait ressentir d’un simple navire. Il était presque comme une entité vivante à la fois noble, majestueuse et solennel. C’est certainement pour cette raison qu’Henry eut tant de mal à en faire sortir son capitaine. Hector Barbossa était un homme complexe, pour le jeune Turner. Il n’arrivait pas toujours à comprendre le pirate bien qu’il avait un profond respect pour ce dernier. Il faut dire que le capitaine du Queen Anne’s Revenge lui avait démontré à plusieurs reprises qu’il n’avait pas peur de braver tous les dangers. Certes, il n’avait pas ce petit grain de folie qui animait Jack Sparrow au quotidien, et n’était donc pas aussi enjoué pour la vie, mais quelque chose chez lui avait toute suite inspiré la confiance à Henry. Peut-être était-ce le fait d’apprendre qu’il était l’un des seigneurs pirates ?

Henry avait apprit au contact de Jack que ses deux parents avaient trempé dans la pirateries quand ils étaient plus jeunes, mais malheureusement, c’est tout ce que Sparrow accepta de lui dire. En interrogeant un peu plus le capitaine du Black Pearl, il avait découvert qu’Hector Barbossa avait également navigué au côté de ses parents, et dans une soif de curiosité énorme, il décida de profiter du lien qu’il avait commencé à tisser avec le pirate pour lui poser les questions auxquels Sparrow n’avait pas voulu répondre.  Depuis son arrivé à Auradon, Henry avait trouvé en Hector un mentor, quelqu’un pour lui parler des réalités de la vie, et le faire descendre un peu du nuage de barbe à papa sur lequel il vivait. La vie n’était pas toute rose, elle serait même loin de l’être. A plusieurs reprises, il était retourné voir le pirate pour lui parler de diverses choses qui le tracassait, et celui-ci c’était toujours montré de bon conseiller bien que parfois, il n’était pas forcément dans la légalité absolue. Les pirates et leurs histoires fascinaient Henry depuis qu’il était tout petit. Dans son imaginaires, les capitaines de navire tel qu’Hector et Jack étaient des aventureux à la recherche de trésor perdu dont personne n’a jamais réussi à prouver qu’ils existaient.

Ainsi, dé qu’il en avait l’occasion, le jeune n’hésitait pas pour fouiller dans le passé des pirates qu’il connaissait, et essayer d’en apprendre plus sur leurs histoires fabuleuses. Si ses parents apprenaient ce genre de choses, il serait certainement très sévèrement puni. Il faut dire que sa mère n’appréciait pas qu’il puisse prendre le moindre risque et que son père lui avait formellement interdit de s’approcher des pirates… Il avait profité de l’occasion de devoir un rendre un devoir sur le témoignage d’un homme important pour flatter le capitaine Barbossa et l’inviter à un rendez-vous pas très loin de son université pour lui poser quelques questions. Il espérait simplement que le pirate ne se montrerait pas entourer de son équipage, ce qui pourrait en effrayer plus d’un. Il était assit à la table du fond du petit fast-food, attendant avec impatience son invité quand celui-ci franchit le pas de la porte. Henry attrapa son carnet pour vérifier les quelques questions griffonnées dessus, et alla à sa rencontre. « Bonjour capitaine. Merci beaucoup à vous d’avoir accepté et d’être venu. » Il lui sourit, en lui tendant la main. Elizabeth avait mit un point d’honneur à faire que son fils soit l’enfant le plus poli qu’elle puisse rêver d’avoir. Il était donc impensable pour Henry de faire autrement.

⇜ code by bat'phanie ⇝


❝ To the moon and back ❞
Quand on aime quelqu'un, on nourrit pour lui des craintes et des rêves. Il cristallise nos peurs et nos espoirs. Nos plus beaux élans naissent de cela. Ce lien nous anime, nous motive, nous porte, nous construit. La seule chose qui compte, c'est d'avoir quelqu'un pour qui espérer mieux. L'essentiel, c'est d'avoir quelqu'un pour qui trembler.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Papa poule

Voir le profil de l'utilisateur

Messages : 104
Poussière de fée : 484
Métier/Etude : Capitaine du Queen Anne's Revenge, entre autre chose...


MessageSujet: Re: So… You said you knew my parents ? † Hector. Sam 3 Juin - 17:13


POTENTIEL SPOILER PDC 5

Je commençais peu à peu à m'habituer à cette ville qu'était Auradon. En revanche, je continuais d'être étonné par ce que j'y voyais. Ce n'était pas pour autant que je cherchais volontairement à comprendre comment fonctionnaient tous ces étranges engins mais si l'occasion s'en présentait, je ne disais pas non. La seule à laquelle j'avais commencé à me familiariser, c'était l'université. A mon époque, les universités existaient déjà mais étaient interdites aux femmes. Heureusement, ce n'était pas le cas ici. Carina s'y était donc inscrite et Il aurait été mal venu de ma part de l'en empêcher. Maintenant que je l'avais retrouvé, j'entendais rattraper le temps perdu, m'intéressais à ce qu'elle aimait et aux études qu'elle faisait. A ce propos, je connaissais quelqu'un d'autre qui s'était également inscrit à l'université. Henry Turner. Fils d'Elizabeth Turner - née Swann - et William Turner. Ami avec Carina, aussi.

Le jeune Turner. J'avais eu l'occasion de naviguer avec lui mais pour ce qui était des circonstances qui nous ont amené à être sur le bateau, elles avaient été forcées en raison d'un ennemi commun. Ce petit n'avait pas vraiment la trempe d'un pirate. Trop propre à mon goût, comme son paternel. Il avait néanmoins un certain courage et s'avérait utile sur un navire. Il était fasciné par les pirates mais ignorant sur pas mal de choses. Fait très surprenant quand on savait que sa mère avait un passé de pirate et que son père était Capitaine du Hollandais Volant. J'avais été plutôt étonné que ses parents - ou devrais-je plutôt dire sa mère - ne lui parle nullement de notre passé commun. Depuis qu'on était arrivé à Auradon, Henry était venu me voir à plusieurs pour connaitre davantage le monde de la piraterie. J'allais en étonner plus d'un mais je l'appréciais bien, ce petit. Mais je ne le reconnaitrais pas ouvertement. N'abusons pas.

Il a peu, le petit était venu à bord du Revenge, m'expliquant qu'il avait un devoir à rendre pour l'université. Le témoignage d'un homme important. Mon égo en avait été flatté. Cela dit, c'était vrai. J'étais un homme important. Devenir Capitaine du Queen Anne's Revenge et posséder le sabre de Barbe Noire m'avait permis de devenir Commodor et de diriger les mers et les océans. Henry m'avait de ce fait donné rendez-vous entre les midis dans un fast-food de la ville, près de l'université. Rendez-vous que j'avais accepté et que je comptais honoré. Je n'avais pas vu l'utilité d'y aller avec quelques uns de mes hommes. En revanche, j'avais mon sabre et mon pistolet à la ceinture. Arrivé au fast-food, j'en ai franchi les portes et ai vite repéré le jeune Turner au fond de la salle, non sans avoir remarqué que mon arrivée n'était guère passée inaperçue. Ma jambe de bois et ma béquille résonnèrent sur le sol alors que j'avançais dans la direction de Henry. Bonjour, petit. Après lui avoir serré la main, j'ai pris place en face de lui et ai posé ma béquille à côté de moi. Je t'écoute. Que veux-tu savoir pour... ton devoir ?
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Roméo du Lundi

Voir le profil de l'utilisateur

Messages : 182
Poussière de fée : 693


MessageSujet: Re: So… You said you knew my parents ? † Hector. Mar 6 Juin - 0:06

SPOILER PDC 5 POTENTIEL.


So… You said you knew my parents ?
Hector Barbossa & Henry W. Turner.
Le capitaine Hector Barbossa était quelqu’un de surprenant et impressionnant à la fois. Même au premier regard et en oubliant sa tenue vestimentaire, le capitaine du Queen Anne’s Revenge ne ressemblait pas à un homme ayant une cinquantaine d’année ordinaire. Il dégageait quelque chose de très fort par sa simple présence. La première fois qu’il l’avait vu, Henry ne savait pas quoi penser du pirate. Il était à la fois le héros qui les sauvait d’une situation étrange, et le bourreau qui profiterait de la première occasion pour les se servir d’eux, ou les offrir en pâture à Salazar. Le jeune Turner sourit en reprenant place face à son invité. Il lui tendit la carte pour qu’il puisse choisir quelque chose bien qu’il doutait très fort qu’Hector mangerait l’un des plats sur la carte. « Est-ce que vous avez faim ou soif ? Vous pouvez prendre ce que vous voulez, je vous invite. » Lui-même avait commandé un soda et un hamburger accompagné de frite pour manger un peu avant de poursuivre sa journée de cours. Heureusement qu’avant son départ, Henry avait pu prendre une bourse remplit d’argent avec lui. Il n’aurait pas su comment réussir à se débrouiller sans elle.

Il prit son calepin et après avoir avalé une gorgée de son soda, il enclencha son Dictaphone, un outil très pratique qu’il avait apprit à utiliser à Auradon. « Je suis en la compagnie du Capitaine Hector Barbossa, célèbre pirate naviguant sur les sept mers et dont la légende est l’une des plus célèbres de là où je viens. Capitaine Barbossa, selon mes informations, vous auriez commencé votre aventure en même temps qu’un autre célèbre pirate, le Capitaine Jack Sparrow. Pouvez vous nous raconter comment vous avez rejoint son équipage ? » Bien sûr, Henry avait déjà posé la question à Jack et avait une petite idée de la réponse, mais pour les besoins de son devoir, il préférait avoir l’histoire du point de vu d’Hector de son début jusqu’à la fin.  Ainsi, si les deux versions étaient vraiment différentes, il pourrait même faire une comparaison entre ce qu’on dit du Capitaine du Queen Anne’s Revenge, et celui qu’il prétend être. Le Dictaphone continuait de tourner alors qu’Henry attrapa une frite qu’il avalait presque aussitôt. Manger sans couvert était quelque chose qu’il adorait. Seulement, si sa mère le voyait, elle le tuerait probablement de ses propres mains pour manquer autant à l’éducation d’un jeune homme de son rang.

Il feuilleta les pages de son carnet en écoutant le pirate à la recherche d’une question qui pourrait être intéressante pour l’amener à parler de ses parents. Bien qu’Henry était très curieux d’en apprendre plus sur Hector, sa vie de pirate et ses aventures, il n’oubliait pas que son but était de l’amener doucement à parler de ses deux parents. Il avait tellement envie de connaitre les aventures que le couple Turner avait vécu avec le Capitaine ! Tellement de question restait sans réponse pour le jeune homme, qu’il eut besoin de se retenir d’aller un peu trop vite à son but. Il se contenta, pour l’instant, de parler du Black Pearl et de Jack. En vérité, la seule chose qu’Henry savait sur ses parents à l’époque où ils voguaient sur les mers, c’est qu’il l’avait fait en compagnie de Jack Sparrow sur son Black Pearl…

⇜ code by bat'phanie ⇝


❝ To the moon and back ❞
Quand on aime quelqu'un, on nourrit pour lui des craintes et des rêves. Il cristallise nos peurs et nos espoirs. Nos plus beaux élans naissent de cela. Ce lien nous anime, nous motive, nous porte, nous construit. La seule chose qui compte, c'est d'avoir quelqu'un pour qui espérer mieux. L'essentiel, c'est d'avoir quelqu'un pour qui trembler.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Papa poule

Voir le profil de l'utilisateur

Messages : 104
Poussière de fée : 484
Métier/Etude : Capitaine du Queen Anne's Revenge, entre autre chose...


MessageSujet: Re: So… You said you knew my parents ? † Hector. Mar 6 Juin - 20:37


POTENTIEL SPOILER PDC 5

J'ai pris la carte que me tendait le jeune Turner mais je n'avais pas l'intention de commander quoi que ce soit. Merci pour l'invitation, petit, mais sans façon. Après un coup d'œil rapide, j'ai posé la carte sur la table. De ce que j'avais vu dans les assiettes, non seulement les mets ne ressemblaient guère à ce que j'avais déjà pu voir ou gouter mais n'avaient surtout rien de raffiné. De toute façon, je n'avais pas faim pour l'instant. Quand à boire, d'une part je n'avais pas soif et d'autre part, il n'y avait pas de rhum. A la place, j'aurais pu prendre du vin mais encore aurait-il fallut qu'il y en ai. Et si toutes les boissons qu'il y avait dans cet établissement ressemblaient à ce truc plein de bulles qu'il y avait dans le verre de Henry, je préférais m'abstenir. Un peu de musique n'aurait pas été de refus, cependant.

A propos de Henry, un étrange objet était posé sur la table à côté lui. Fronçant les sourcils et méfiant envers cette petite chose, j'ignorais totalement de quoi il s’agissait. M'en saisissant alors que le jeune homme avant commencé à parler, j'ai retourné l'objet dans tous les sens mais je n'étais guère plus avancé sur ce que c'était. Je l'ai reposé au moment où Henry parla du fait que, là d'où nous venions, j'étais une légende. Je ne pus retenir un sourire supérieur. Plutôt doué pour flatter les gens, ce petit. Il n'avait toutefois pas tord. J'avais déjà une réputation lorsque je n'étais que Seigneur Pirate de la mer Caspienne mais en devenant Commodor, plus aucun pirate ignorait que j'avais le contrôle sur les mers et les océans. Toute légende ayant un point de départ, la mienne commençait avec Jack Sparrow. J'en conclue que ce cher Jack t'a parlé de la mutinerie. Le contraire aurait été étonnant étant donné que Henry était au courant que j'avais fais partie de son équipage.

Jack avait besoin d'un équipage. Moi, d'un navire. Mon navire de l'époque, le Cobra, avait été coulé par un pirate russe. Quand à Jack, il avait besoin d'un équipage pour aller trouver un trésor sur l'île de la Muerta. Une île introuvable excepté pour ceux qui savent déjà où elle se trouve. Et Jack savait où la trouver. Trois jours après avoir été engagé comme second à bord du Black Pearl, j'ai amené Jack à me révéler les coordonnées de l'île. Le soir-même, j'ai dressé l'équipage contre lui et ai obtenu le commandement du Pearl. Jack fut abandonné sur une petite île et on a fait voile vers l'île de la Muerta. Un trésor aztèque nous y attendait. On a tout dilapidé en sachant qu'il y avait une malédiction. Mais on a refusé d'y croire. J'ai marqué une courte pause, afin de faire durer un peu le suspens. Notre soif n'était plus satisfaite. La nourriture devenait cendre dans notre bouche et la plus plaisante des compagnie ne parvenait à soulager nul désir. J'eus un sourire amusé. Henry était encore si innocent à mon goût. Le pauvre petit risquait d'en être choqué. Nous étions maudit. L'éclat de la lune nous changeait en squelette. Nous ne faisions pas partir des vivants, nous ne pouvions donc mourir. Mais nous n'étions pas morts pour autant. Pendant 10 ans, on a rassemblait les pièces du trésor, canonnant villes et villages en laissant très peu de survivants jusqu'à parvenir à mettre la main sur la dernière. A Port-Royal. Montée en médaillon. Et détenue par ta mère. Voilà l'occasion idéale de vérifier ce que le petit savait exactement sur le passé de ses parents dans la piraterie.

Revenir en haut Aller en bas
avatar

Roméo du Lundi

Voir le profil de l'utilisateur

Messages : 182
Poussière de fée : 693


MessageSujet: Re: So… You said you knew my parents ? † Hector. Ven 9 Juin - 1:27

SPOILER PDC 5 POTENTIEL.


So… You said you knew my parents ?
Hector Barbossa & Henry W. Turner.
Le Dictaphone posé sur la table continuait d’enregistrer les paroles du capitaine alors qu’Henry se noyait déjà dans son récit. Il imaginait un Jack et un Hector beaucoup plus jeunes, parcourant les mers ensembles pour avoir un équipage, à la barre du Black Pearl. A cette époque, personne ne connaissait encore le nom des deux pirates, ce qui était presque inimaginable quand on sait les folles rumeurs à leurs sujets. Le jeune Turner fronça légèrement les sourcils en entendant le capitaine Barbossa lui dire aussi facilement qu’il avait abandonné Jack lâchement sur une île. Sincèrement, Henry avait cru que Sparrow avait exagéré quelques peu les faits quand il lui avait raconté l’histoire. Son innocence le perdra certainement, parce que malgré qu’Hector Barbossa confirma cette version, le jeune homme continua de croire qu’il y avait quand même du bon dans cette situation, et que c’est forcément ce qui a rapproché les deux anciens amis pour qu’ils soient aussi proches que ce qu’ils sont maintenant. Jack ne lui avait malheureusement pas raconter la suite de l’histoire. En réalité, il s’était contenté de lui dire qu’on ne peut pas faire confiance à un homme qui porte une perruque et qui a une jambe de bois.

Le Capitaine du Queen Anne’s Revenge lui expliqua ensuite qu’il avait dupé Jack pour trouver le trésor appartenant au peuple aztèque mais qui était en réalité un trésor maudit. Cupide, les pirates avaient décidés d’ignorer les avertissements et de dilapidés la totalité du trésor. Henry se fit la réflexion que c’était réellement une double mauvaise idée. Déjà, à cause de la malédiction, et ensuite parce que si on pouvait avoir un trésor inestimable, il valait mieux le donner à un musée, ou du moins, le garder et ne pas le dépenser aussi bêtement. Il s’apprêta à faire un commentaire, mais Hector ne lui en laissa pas le temps. Il enchaina avec la description de la malédiction, et là, les yeux d’Henry s’écarquillèrent. Il avait beau avoir rencontré en personne des morts, il était encore sous le choc de l’annonce de Barbossa. Il s’imaginait un équipage totalement métamorphoser par la malédiction, entièrement fait de squelette. Un frison le parcourut. La pénitence de l’équipage du Black Pearl de cet époque était réellement bien trop cruelle. Certes, le crime commit était réellement énorme, et dans l’un des pires que l’on puisse faire à une civilisation éteinte, mais le prix à payer était si fort, qu’on aurait pu croire que l’équipage du Black Pearl était coupable de bien pire encore.  

Avant qu’il ne pose la question, le capitaine lui expliqua que les dix années qui suivirent, il les passa à essayer de récupérer l’or des aztèques. Finalement, ils avaient réussi à retrouver toutes les pièces, la dernière étant en la possession d’une certaine Elizabeth Swann à Port Royal. Bien que Barbossa lui ait dit très clairement que c’était sa mère qui le détenait, Henry mit quelques instants avant de réaliser. « Donc, vous étiez tous maudits, et ils vous manquez plus que la pièce que ma mère détenait en… » Le retour à la réalité fut brutal. Très brutal. Il s’en étouffa presque. Sa mère. Avait-elle aussi été maudit ? Comment avait-elle eut la pièce ? Etait-elle une pirate ? Elle lui avait pourtant dit le contraire. Elle disait ne pas connaitre la piraterie. Il regarda le capitaine du Queen Anne’s Revenge, incrédule. « Attendez, vous avez dit que ma mère détenait cette pièce ? C’est impossible. Ma mère était la fille du gouverneur. Elle vivait dans une petite maison, à Port-Royal, et elle n’a jamais prit la mer. Comment aurait-elle pu avoir une pièce appartenant à des aztèques ? Et surtout, qui était en votre possession. » S’il voulait découvrir le passé de ses parents, Henry n’était pas prêt à admettre que sa mère pouvait avoir un quelconque rapport avec la piraterie. Pas après toutes les fois où elle lui avait fait promettre de rester loin de tous ça.

⇜ code by bat'phanie ⇝


❝ To the moon and back ❞
Quand on aime quelqu'un, on nourrit pour lui des craintes et des rêves. Il cristallise nos peurs et nos espoirs. Nos plus beaux élans naissent de cela. Ce lien nous anime, nous motive, nous porte, nous construit. La seule chose qui compte, c'est d'avoir quelqu'un pour qui espérer mieux. L'essentiel, c'est d'avoir quelqu'un pour qui trembler.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Papa poule

Voir le profil de l'utilisateur

Messages : 104
Poussière de fée : 484
Métier/Etude : Capitaine du Queen Anne's Revenge, entre autre chose...


MessageSujet: Re: So… You said you knew my parents ? † Hector. Dim 11 Juin - 15:35



Même si Henry n'avait rien dit, sa réaction n'avait pu m'échapper. Comme je le pensais, il avait été choqué par mes propos. Cela me rappelait sa mère. Elle disait ne pas croire aux histoire de fantômes. Elle fut pourtant bien obligée d'y croire en voyant de ses propres yeux que l'équipage du Black Pearl et moi-même devenions des squelettes sous l'éclat de la lune. Visions effrayante pour la donzelle qu'elle était à l'époque. La suite de mon récit changea l'expression du jeune homme en incrédulité. Et ce fut ensuite à moi d'être incrédule. Jamais pris le mer ? Ta mère t'a menti, petit. En plus de t'avoir caché bien des choses sur son passé... Madame Turner, vous me déceviez. Non seulement vous aviez menti en beauté à votre fils mais en plus, vous aviez renié votre passé de pirate. C'est vrai qu'elle était la fille du gouverneur mais pour ce qui était du reste... Espérons pour toi que tu étais bien assis, petit. La suite allait te faire tomber de haut.

Mes hommes l'ont trouvée dans la demeure du gouverneur. Elle invoqua le droit de pourparler et se présenta sous le nom d'Elizabeth Turner. Domestique dans la maison du gouverneur. On a quitté Port-Royal avec ta mère comme prisonnière. Puisqu'il ignorait que sa mère avait été une pirate, j'en concluais qu'il devait également ignorer que son grand-père paternel avait été un pirate. J'allais donc le lui apprendre. La malédiction pouvait être rompue grâce au sang des victimes. Il y en eu une. Bill Turner, dit Le Bottier. Il avait des remords d'avoir abandonné Jack. Je l'ai envoyé par le fond. Ce n'est qu'après qu'on a découvert qu'il nous fallait son sang. Alors quand ta mère a dit s'appelait Turner, on en a conclu qu'elle était l'enfant qu'on cherchait. Quelques gouttes de sang suffirent à comprendre qu'elle nous avait trompé. Chose qui avait failli me valoir une mutinerie de la part de mon équipage. Jack et ton père l'ont aidé à s'échapper. J'ai lancé le Pearl à leur poursuite et leur navire fut coulé. Le médaillon fut récupéré et l'équipage capturé. C'est là que j'ai découvert que ton père était l'enfant que je cherchais. Il aurait fallu être aveugle pour ne pas avoir vu qu'il était amoureux de ta mère et idiot pour ne pas avoir compris qu'il fallait la libérer ! Il l'avait demandé deux fois. A croire qu'une première fois n'était pas suffisant. J'ai abandonné Jack sur le même ilot que dix ans auparavant avec ta mère pour compagnie et j'ai fait voile vers l'île de la Muerta. J'allais vider ton père de son sang. C'était sans compter sur Jack qui était parvenu à s'échapper de son ilot avec ta mère et qui avait amené un navire de la Compagnie des Indes. J'ai envoyé la majorité de mes hommes attaquer le navire et Jack en profita. On s'est battu tandis que tes parents affrontèrent les deux ou trois de mes hommes restés sur place. Jack en vint à me tirer dessus, en plein cœur. Dix ans qu'il trainait ce pistolet et il venait de gâcher sa seule balle... Je me trompais. Ton père venait de rompre la malédiction... Je sentais de nouveau le froid... J'étais mort sur l'île de la Muerta, tué par Jack Sparrow, et pourtant, des années après, Henry eu l'occasion de naviguer sous mon commandement, à bord du Pearl. J'entendais déjà sa question. Comment avais-je fais pour être toujours en vie ?
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Roméo du Lundi

Voir le profil de l'utilisateur

Messages : 182
Poussière de fée : 693


MessageSujet: Re: So… You said you knew my parents ? † Hector. Dim 11 Juin - 20:27

SPOILER PDC 5 POTENTIEL.


So… You said you knew my parents ?
Hector Barbossa & Henry W. Turner.
Henry venait d’apprendre à ses dépends qu’il y a certaine histoire qu’il ne valait mieux pas entendre. Autant il avait voulu connaitre les folles aventures de ses parents qu’il n’était pas prêt à y croire. En réalité, s’il avait voulu découvrir comment sa mère et son père avait croisé la route de Jack Sparrow, il ne pensait pas que sa mère avait pu être autant impliquée dans une histoire de piraterie. Qu’elle était son rapport avec la malédiction ? Comment avait-elle pu trouver cette pièce ? Il resta comme figer sur place, dans l’incapacité de prononcer le moindre mot. Ce n’était que des mensonges. Sa mère n’avait jamais été en mer. Elle lui avait répété des centaines de fois qu’il ne fallait pas s’approcher des navires, de la mer, des pirates. Elle ne pouvait pas être à ce point hypocrite. Non, Henry se refusait totalement de croire les mensonges qu’un pirate lui racontait. Et pourtant, Hector n’avait aucun intérêt à lui dire tous ça. En vérité, c’était même plutôt le contraire. Chacun des mots qu’il prononçait était une menace potentielle pour qu’il baisse dans l’estime de Carina. Chacun de ses méfaits pouvait l’éloigner de sa fille. Au fond de lui, peut-être que le jeune Turner savait que c’était la vérité, mais il n’était pas prêt à l’admettre. Il avait besoin de se rattacher à ce que sa mère lui avait dit. Elle était la seule chose qu’il avait jamais eu, après tout.

Le capitaine du Revenge continuait son récit et à mesure qu’il avançait, Henry se persuadait qu’il n’avait pas le droit d’y croire bien que cette histoire soit certainement la plus vraisemblable qu’un pirate lui ait jamais raconté. Connaissant son père, il était tout à fait probable qu’il se jette dans une quête désespérée seulement pour sauver la vie de sa mère tout comme il était vraisemblable que celle-ci parte à son secours aussitôt qu’il en eut besoin. Finalement, Barbossa lui avoua qu’il avait finit par se faire tuer sur l’ile de la Muerta par Jack Sparrow. Enfin, techniquement, par son père. S’il avait bien comprit, le sang des voleurs du trésor était nécessaire pour lever la malédiction, et son grand père en faisait partit. Donc, en levant la malédiction avec son sang, William Turner avait tué le capitane Hector Barbossa. Le jeune homme fronça les sourcils. Il avait besoin de faire le point sur toute cette histoire aussi choquante qu’incroyable. « Si je peux me permettre, donc, vous aviez besoin de mon père pour lever votre malédiction parce que mon grand père était présent quand vous avez volé le trésor et que vous aviez besoin de son sang ? C’est pour ça que vous avez kidnappé ma mère qui prétendue porter le nom de mon père. »

Henry soupira. Tous ça était si absurde et vraisemblable à la fois qu’il ne savait plus qui croire. Il avala une grande gorgée de sa boisson. « Je suppose que vous ne me mentez pas, mais j’ai du mal à vous croire. Ma mère m’a tant répété que jamais elle n’avait prit les océans… C’est difficile à admettre… Enfin, si vous m’avez avoué que vous avez essayé de tuer mes deux parents et qu’ils ont participé à vous tuer… Ca doit être dur pour vous d’admettre qu’on ait pu vous tuer. D’ailleurs, comment avez vous fait pour revenir à la vie ? » On aurait pu croire que le fait d’avoir un mort-vivant face à lui l’aurait étonné, mais l’expérience lui avait apprit que les morts ne sont pas toujours dans l’haut delà, et que parfois, ils leur arrivent de se lever pour se venger. D’ailleurs, Salazar avait reprit vit devant ses yeux, il était difficile de ne pas croire le capitaine sur ce passage en tenant compte de ça.

⇜ code by bat'phanie ⇝


❝ To the moon and back ❞
Quand on aime quelqu'un, on nourrit pour lui des craintes et des rêves. Il cristallise nos peurs et nos espoirs. Nos plus beaux élans naissent de cela. Ce lien nous anime, nous motive, nous porte, nous construit. La seule chose qui compte, c'est d'avoir quelqu'un pour qui espérer mieux. L'essentiel, c'est d'avoir quelqu'un pour qui trembler.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Papa poule

Voir le profil de l'utilisateur

Messages : 104
Poussière de fée : 484
Métier/Etude : Capitaine du Queen Anne's Revenge, entre autre chose...


MessageSujet: Re: So… You said you knew my parents ? † Hector. Mar 13 Juin - 21:03




J'ai acquiescé d'un signe de tête. Le petit avait plutôt bien résumé mais je sentais qu'il avait du mal à croire ce que je venais de lui raconter. Ce ne pouvait pas être à propos de la malédiction et des effets qu'elle avait eu sur moi et mes hommes. Henry avait vu les effets de la malédiction qu'avaient écopé Salazar et ses marins, il n'avait donc aucune excuse pour ne pas croire aux histoires de fantômes. Le fait d'apprendre que sa mère avait navigué avec des pirates alors qu'elle le lui ai caché devait plutôt être ce qui avait le plus de mal à passer. Il me le confirma. Décidément, Madame Turner, vous êtes encore plus menteuse que je ne l'aurais cru ! Et je ne suis pas près de comprendre pourquoi lui avoir caché tout ça. Dur à admettre ? Non, pas tant que ça. Ton père a peut-être levé la malédiction mais c'est Jack qui m'a tué. Je lui en ai voulu, c'est vrai - et je ne m'étais pas gêné pour lui rappeler ce fait une fois arrivé dans l'antre de Davy Jones - mais le fait est que ce n'est plus d'une grande importance, maintenant. C'est de l'histoire ancienne. Jack et moi sommes passés à autre chose, d'autant plus que je suis toujours en vie. Cela dit, des années après, j'étais mort une deuxième fois mais dans des circonstances et pour des raisons bien différentes.

J'ai été ressuscité par nécessité. C'était la version raccourcie. Extrêmement raccourcie. Pour la version longue, c'était évidement bien plus long et plus compliqué. Puisque ta mère ne t'a rien dit sur son passé, ça veut dire qu'elle ne t'a jamais parlé d'une déesse nommée Calypso ni même du Tribunal de la Confrérie ou du fait qu'elle fit partie des Seigneurs Pirates, qu'elle fut élue Roi des Pirates du 4ème Tribunal parce que Jack a fait en sorte qu'il en soit ainsi. Dois-je en conclure également qu'elle ne t'a pas dit que c'était moi qui l'ai marié à ton père - alors que ce n'était pas le moment pour ça ! - sur le pont du Pearl, en plein combat contre le Hollandais Volant et au cœur d'un maelström ? La réponse devait, là encore, être "non". Et Henry devait s'interroger sur les raisons pour lesquelles je lui demandais tout ça. J'avais besoin de savoir jusqu'où allaient ses connaissances sur le monde des pirates pour savoir jusque où je devais aller dans mes explications. Par ailleurs, les éléments importants que je venais de mentionner feraient davantage réaliser au petit qu'en fin de compte, il ne connaissait pas celle qui lui avait donné la vie et qui l'avait élevé. Qu'elle n'était qu'une étrangère. Ce n'était certes pas le but premier de cet entretien mais puisque le passé de ses parents étaient lié au mien, pourquoi devrais-je passer sous silence ce qu'il n'aurait pas dû ignorer ?

Revenir en haut Aller en bas
avatar

Roméo du Lundi

Voir le profil de l'utilisateur

Messages : 182
Poussière de fée : 693


MessageSujet: Re: So… You said you knew my parents ? † Hector. Ven 16 Juin - 16:03

SPOILER PDC 5 POTENTIEL.


So… You said you knew my parents ?
Hector Barbossa & Henry W. Turner.
Henry s’étrangla presque avec la frite qu’il était entrain de grignoter en entendant Hector Barbossa faire son récit. Selon lui, ses parents avaient tous les deux un passé de pirate. Pire encore, sa mère serait même la reine des pirates ? Non, ça ne pouvait pas être possible. Sa mère n’aurait jamais pu lui mentir à ce point. Si le Capitaine avait raison, la vie entière d’Henry n’était qu’un mensonge, et il ne pourrait pas le supporter. Pourtant, il était toujours presque sûr que le pirate ne lui mentait pas sur ce qu’il avait dit. Alors qu’elle était la vérité ? Et qui était réellement ses parents ? Pourquoi sa mère lui aurait autant mentit ?

« Monsieur-Capitaine Barbossa, je ne pourrai me permettre de dire que ce que vous me racontez n’est que pure invention, mais l’histoire de mes parents est tout autre que celle que vous me narrez. » Le jeune homme attrapa son Dictaphone et l’éteignit. Ce passage de l’interview, il n’avait pas besoin qu’il soit enregistré. « Ma mère était fille de bonne famille, seule héritière du gouverneur Weatherby Swann. Mon père, lui, était le fils d’un humble marchant qui avait malheureusement disparu en mer. Mes parents se sont rencontrés à leurs dix ans, quand le bateau de mon grand-père paternel a été coulé. Mon père était alors à la dérive sur une planche de bois, et ma mère a permit de le sauver. Depuis, ils ont tous deux vécus à Port Royal. Malheureusement, leurs différences de classe sociale ne les permettent que de se voir en de très rare occasion pour parler d’affaire. Quand mon père a grandit, il a décidé de suivre les routes de son père et il est devenu marchant à son tour. Ma mère m’a dit avoir rencontré Jack Sparrow à Port Royal, un jour où la chaleur et le corset qu’elle portait lui ont fait perdre connaissance. Jack l’aurait sauvé de la noyade. Mon père, quant à lui, aurait rencontré Jack sur les mers. Le capitaine Sparrow étant un pirate, mon père avait tout intérêt à avoir de bonne relation avec lui pour ne pas se faire piller. La vie de mes parents étaient belles jusqu’à ce que malheureusement, mon père reçoive une malédiction d’un pirate du nom de Davy Jones. »

Il prit une gorgée de sa boisson, regardant le pirate dans les yeux. « Pour être tout à fait honnête, monsieur-capitaine Barbossa, je ne le connais pas, mon père. Avant notre rencontre, je ne l’avais vu que deux fois, et l’une de ses deux fois, j’ai du me jeter à l’eau avec un rocher attacher à mes pieds pour le voir, on ne peut donc pas vraiment dire que nous avons énormément discuté, et que j’ai apprit énormément de choses de lui. Tout ce que je sais, c’est ma mère qui me l’a apprit. Elle s’est occupée de moi toute seule, elle a fait mon éducation, et a joué le rôle de deux parents. Je ne serai vous conter les aventures que mon père a vécu en mer, ma mère les ignore autant que moi. J’aurai aimé pouvoir dire qu’il est aussi impressionnant et fantastique que vous, et même j’aime mon père de tout mon coeur, j’ai bien père qu’il ne le soit pas. L’aventure la plus trépidante qu’il ait vécu est certainement celle qui a tué son père. » Il reprit son Dictaphone et appuya de nouveau sur le bouton pour enregistrer. La raison pour laquelle il avait stoppé l’enregistrement était tout simplement pour retrouver plus facilement les paroles du capitaine sans avoir besoin de couper les siennes.

⇜ code by bat'phanie ⇝


❝ To the moon and back ❞
Quand on aime quelqu'un, on nourrit pour lui des craintes et des rêves. Il cristallise nos peurs et nos espoirs. Nos plus beaux élans naissent de cela. Ce lien nous anime, nous motive, nous porte, nous construit. La seule chose qui compte, c'est d'avoir quelqu'un pour qui espérer mieux. L'essentiel, c'est d'avoir quelqu'un pour qui trembler.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Papa poule

Voir le profil de l'utilisateur

Messages : 104
Poussière de fée : 484
Métier/Etude : Capitaine du Queen Anne's Revenge, entre autre chose...


MessageSujet: Re: So… You said you knew my parents ? † Hector. Sam 17 Juin - 20:56




Puisque le petit manqua de s'étrangler, j'en conclue donc que j'avais vu juste. La réponse était non. Il ne savait rien du tout et avait grandi sur un mensonge. Il me le confirma d'ailleurs de lui-même. De ce que je savais de ses parents avant de les connaitre, il y avait du vrai dans ce que Henry me disait. Sa mère était bien la fille du gouverneur Weatherby Swann et donc née dans une bonne famille. En revanche, son père était fils de pirate, pas de marchand. Mais ils avaient bien tous les deux vécu à Port-Royal. Certains détails m'étaient néanmoins inconnus. Par conséquent, j'étais bien incapable de pouvoir affirmer s'ils étaient véridique ou non. Le corset et la perte de connaissance, par exemple. Impossible de dire si Jack l'avait sauvé ou non d'une quelconque noyade. Mais qu'elle ait perdu connaissance à cause d'un corset, ce devait très certainement être le cas. Certes, la poitrine de ces dames était mise en valeur mais cette chose serrait tellement qu'il valait mieux avoir un couteau sous la main pour pouvoir en défaire rapidement les lacets et passer ainsi aux choses sérieuses. Quant à Davy Jones, au moins, le petit en avait entendu parlé mais les choses étaient plus complexes que ce qu'il croyait savoir. Bien que le fait de savoir que le jeune Turner me trouvait impressionnant et fantastique m'arracha un sourire supérieur, j'avais envie de rire. C'était moi qui lui révélait ce qu'il aurait toujours dû savoir alors que je n'étais pourtant pas la personne qui était sensé le faire. Cette tâche incombait à sa mère. Et c'était précisément ce qui me donnait envie de rire. Imaginer la réaction qu'elle aurait en découvrant que son fils avait découvert la vérité et que c'était moi qui la lui avait révélé allait l'enchanter...

Étant donné que Henry ne savait donc rien, j'allais avoir beaucoup de choses à lui expliquer pour qu'il puisse comprendre. J'en conviens que tu ais du mal à me croire mais je crois qu'une discussion avec ta chère mère s'impose, petit. Pour l'heure, je vais continuer ce que j'ai commencé. Après ma mort, une ancienne connaissance de Jack s'est rappelée à son bon souvenir. Davy Jones. Capitaine du Hollandais Volant. La déesse des océans, Calypso, l'avait autrefois chargé de transporter ceux qui mouraient en mer dans ce qu'on nomme l'antre de Davy Jones mais finit par le maudire. Ton père doit en savoir davantage que moi sur les raisons de cette malédiction. Son petit séjour à bord du Hollandais lui a permit de savoir que Davy Jones s'était vengé de Calypso grâce au Tribunal de la Confrérie. Ce dernier rassemble neuf Seigneurs Pirates qui se réunissent lorsque les circonstances l'exigent. Pour faire valoir son droit à la parole, chaque Seigneur doit présenter une pièce de huit. Aucun n'est supérieur à un autre, à moins bien sûr d'avoir été élu Roi des pirates. Chose rare puisque chacun vote pour lui-même. En des temps reculés, le premier Tribunal de la Confrérie s'est réuni afin d'emprisonner dans une prison charnelle Calypso. Nous avons pu apprivoiser l'océan mais ça a ouvert la porte à nos ennemis de la Compagnie des Indes... Tout ça concernait la partie historique de l'histoire mais c'était nécessaire pour le reste mon récit. Pour ce qui était de l'histoire entre Jack et Jones, ce que je sais, c'est que Jones voulait la mort de Jack. Et de ce que j'ai pu comprendre, ta mère n'y serait pas étrangère. Jack fut envoyé dans l'antre pour y être puni et non pour y mourir. C'est là que Calypso me ressuscita mais sous conditions. Le pacte était simple. La libérer de sa prison charnelle sinon je retournerais dans le monde des morts. Je ne pus retenir un regard vers ma main droite, posée sur la table. Je me rappelais la menace de Calypso si je ne parvenais pas à la libérer... Pour ça, je devais réunir le quatrième Tribunal de la Confrérie. Je suis l'un des neuf Seigneurs Pirates. Jack aussi. L'ennui, c'était qu'il avait eu l'idée brillante de mourir sans avoir donné sa pièce de huit à un successeur. Il fallait donc aller le chercher - ainsi que mon navire - dans l'antre de Davy Jones. J'étais la seule personne à être en mesure de conduire l'expédition car je connaissais les eaux du bout du monde. J'ai du me rendre avec tes parents à Singapour pour obtenir des cartes nautiques ainsi qu'une jonque et un équipage auprès du Capitaine Sao Feng. Un Seigneur Pirate, lui aussi. Après une petite bataille contre les soldats de la Compagnie des Indes dirigée par Cutler Beckett, on a mis le cap sur les eaux du bout du monde pour atteindre l'antre et en revenir ensuite avec Jack et le Pearl. Sao Feng aborda le Pearl et ton père marchanda avec lui dans le but de libérer ton père. Sao Feng livra Jack à Beckett en espérant récupérer le Pearl mais Beckett le trahit. J'ai alors proposé à Sao Feng de se joindre au Tribunal afin de libérer Calypso. Il a cru qu'il s'agissait de ta mère. L'alliance fut conclue et il emmena ta mère avec lui. Le Pearl navigua à la Baie des Naufragés, lieu de réunion du Tribunal. Ta mère nous y a rejoint, nous apprenant que Sao Feng avait été victime du Hollandais Volant et qu'avant de mourir, il lui avait donné sa pièce de huit et l'avait faite Capitaine. Chose qui avait surpris Jack. Moi aussi mais je ne l'avais pas montré. Mon intention de libérer Calypso de sa prison humaine provoqua la colère des autres Seigneurs pirates tandis que Jack réclama un vote pour élire un Roi des pirates afin de déclarer la guerre à la Compagnie des Indes. Chacun vota pour lui-même sauf Jack qui vota pour ta mère. Devenue Roi des pirates, elle proclama l'acte de guerre et j'ai profité de l'agitation provoqué par cette proclamation pour subtiliser les pièces de huit. Calypso fut libérée grâce à elles qui déchaina ensuite sa colère sur nous en créant un maelstrom. J'ai pris la barre du Pearl pour nous mener droit vers la tempête et affronter le Hollandais Volant. Les boulets de canons fusaient de partout, on se battait contre les hommes-poissons de Jones et ta mère voulut que je la marie à ton père. Comme si c'était vraiment le bon moment pour ça ! Tout en combattant, je les ai donc mariés. Tes parents en sont venus à se battre sur le Hollandais Volant. Au cours de la bataille, Davy Jones blessa mortellement ton père et Jack fit en sort que ce soit ton père qui transperça le cœur de Jones. Ce dernier fut donc tué et ton père prit sa place en tant que Capitaine du Hollandais Volant, ce qui nous permis de battre la Compagnie des Indes. Après cela, nos chemins se sont séparés. J'ai de nouveau abandonné Jack et est mis les voiles avec le Pearl pour trouver la fontaine de Jouvence.



T
reasure. Avoir une fille, une petite opale, des yeux qui brillent, une peau si pâle. Avoir une fille, c'est faire une femme. Une petite virtuose, avant ses gammes. Avoir une fille, un cœur de sable. Cadeau de Dieu. Cadeau du diable. Avoir une fille, c'est faire un crime où le coupable est la victime. Avoir une fille.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Roméo du Lundi

Voir le profil de l'utilisateur

Messages : 182
Poussière de fée : 693


MessageSujet: Re: So… You said you knew my parents ? † Hector. Lun 19 Juin - 0:11

SPOILER PDC 5 POTENTIEL.


So… You said you knew my parents ?
Hector Barbossa & Henry W. Turner.
Un million de pensés ont traversé l’esprit d’Henry à l’instant où le capitaine finit son récit. Il n’avait pas été capable de prononcé le moindre mot pendant que celui-ci parlait, stupéfié par la différence entre les dires d’Hector Barbossa et ceux de sa mère. Où commençait la vérité et où s’arrêtait le mensonge dans ce qu’il savait et ce qu’il avait cru de ses parents ? Au fond de lui, pourtant, le jeune Turner pouvait imaginer les raisons qui avaient poussées sa mère à lui mentir toutes ses années. Avec tous ce que son père avait vécu, et à quel point il avait voulu foncé tête baisé pour sauver son grand père, Elizabeth Swann a simplement du avoir peur de perdre son fils comme elle avait perdu son mari. Dire qu’il était perdu était le plus doux des euphémismes pour décrire ce que ressentait le jeune homme à cet instant précis. En colère, frustré, déçu, triste, émerveillé, étonné, fier, choqué, content, trahit… Tant d’émotions contradictoires qui se mêlaient les unes autres dans l’esprit d’Henry. Il ne savait que faire, ou que dire, et se contentait de fixer le capitaine du Queen Anne’s Revenge sans réussir à se sortir de sa stupeur. La seule chose dont il était réellement sur était à quel point il devait avoir l’air réellement stupide en cet instant.

Il tenta de prononcer quelques mots, mais le seul son qui sortit de sa bouche fut une sorte de syllabe pas très bien prononcé, avec une longueur effrayante.  Il lui fallut un minimum de cinq bonne minutes pour revenir à lui, et réussir à former une phrase cohérente qui fut : « Ma vie entière est un mensonge alors ? » Il commençait tout juste à admettre que sa mère pouvait ne pas être aussi merveilleuse et grandiose qu’il le pensait. Elle lui avait mentit, malgré qu’une partie de lui continuait de la croire. Il était dans un état étrange qu’on pourrait en quelques sortes comparer à celui du Chat de Schrödinger. Tel le chat qu’on ne peut savoir s’il est mort, vivant ou les deux avant d’ouvrir la boîte, il ne réussirait à savoir s’il croyait sa mère et si ça le détruisait de le faire qu’une fois qu’il aurait ouvert la boîte en discutant avec elle de son passé. « Je suis désolé, Capitaine. Il m’est un peu difficile d’encaisser toutes les choses que vous me contez. La vie de mes parents est si différentes de celle qu’ils ont prétendu mené… » Son regard se perdit dans le vide. Il n’aurait peut-être pas du chercher à découvrir le passé. « Si vous vouliez bien, pourriez vous me parler de votre recherche de la fontaine de Jouvence ? Est-ce que vous l’avez trouvé ? »

Cette fois, le jeune homme espérait sincèrement que ni sa mère ni son père avait mené cette aventure ou une autre avec le capitaine. Il avait encore tant de mal à accepté que sa mère avait été un pirate alors qu’elle avait essayé de l’empêcher de toutes ses forces de s’engager dans l’armée à la solde de la couronne anglaise… Il espérait réellement que sa mère lui dirait que Barbossa n’a fait que mentir, et qu’elle lui prouverait que jamais, ô grand jamais elle n’avait navigué avec quiconque comme elle lui avait tant de fois jurer. Soudainement, le poids de ses propres erreurs lui semblait bien léger. Il ne restait presque plus de culpabilité, à ce moment, en repensant aux ordres qu’il n’avait pas écouté pour retrouver le trident de Poseidon, et à toutes les fois où il avait faillit mourir pour le faire. L’interview touchait à sa fin, et le jeune homme le comprit à mesure qu’il commençait à réfléchir de nouveau. Bientôt, le capitaine arriverait au moment de leurs rencontres et il pourrait écrire la fin de l’histoire seul. Il se souvenait très bien de chacun des instants qui s’étaient écoulés depuis sa rencontre avec Carina. Enfin, presque chacun des instants. Il était tant amoureux d’elle qu’il était difficile de l’oublier, après tous.   
⇜ code by bat'phanie ⇝


❝ To the moon and back ❞
Quand on aime quelqu'un, on nourrit pour lui des craintes et des rêves. Il cristallise nos peurs et nos espoirs. Nos plus beaux élans naissent de cela. Ce lien nous anime, nous motive, nous porte, nous construit. La seule chose qui compte, c'est d'avoir quelqu'un pour qui espérer mieux. L'essentiel, c'est d'avoir quelqu'un pour qui trembler.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Papa poule

Voir le profil de l'utilisateur

Messages : 104
Poussière de fée : 484
Métier/Etude : Capitaine du Queen Anne's Revenge, entre autre chose...


MessageSujet: Re: So… You said you knew my parents ? † Hector. Mar 20 Juin - 20:52




Vu la tête que le petit affichait, dire que mes révélations sur ses parents l'avaient surpris était un bel euphémisme. Choqué était plus approprié. Traumatisé, aussi. Ce qui fut confirmé par le bruit étrange qui s'échappa de sa bouche. J'eus un sourire goguenard qui fut vite effacé par l'envie de lui mettre une baffe afin de l'aider à retrouver ses esprits. Ce ne fut toutefois pas nécessaire. Dommage, ça lui aurait fait du bien. C'est le moins qu'on puisse dire... Dire que je comprenais parfaitement ce que le petit ressentait était faux. En revanche, je craignais d'avoir un peu la même réaction de la part de Carina lorsqu'on en viendrait à aborder le sujet, à savoir, mon passé. Elle avait toujours été persuadée que j'étais un homme de science. Au lieu de ça, elle avait découvert que j'étais un pirate. Capitaine et Commodore, de surcroit, et que j'étais donc loin de l'image du père qu'elle s'était faite jusqu'à présent. Si apparemment, elle semblait accepter que justement, j'étais un pirate, j'étais un peu moins confiant quant à sa réaction lorsqu'elle apprendrait certaines choses que j'avais faites. Le fait d'avoir envoyé le grand-père de son ami Henry par le fond en l'attachant à un canon, par exemple...

J'ai acquiescé à sa requête d'un signe de tête. La Fontaine de Jouvence. Il serait plus juste de dire que j'ai vu la Fontaine mais que c'est Jack qui l'a trouvé et qui y a amené Barbe-Noire. Fait qui m'a permis de me venger de cette canaille. Les cartes nautiques qu'on avait obtenu à Singapour permettaient de se rendre à la Fontaine mais ce cher Jack m'avait doublé en les subtilisant. Pendant près de quinze ans, j'ai parcouru les mers sans jamais parvenir à la trouver. J'ai fait une courte pause avant d'aborder un souvenir plutôt déplaisant. Nous étions au large d'Hispaniola lorsque le Pearl s'est fait attaqué sans coup de semonce ni offre de pourparler. L'eau sous le Pearl s'est mise à bouillonner. Tout le gréement s'est mis à grincer. Les cordages nous ont attrapé. Tout ça était l’œuvre de Barbe-Noire. J'ai regardé le petit avec un air des plus sérieux. C’est moi le maître de mon navire, pas Barbe-Noire. C’est moi le maître de mon destin, et pas Barbe-Noire ! J'ai fait ce qu'il fallait... J'ai brusquement déplacé ma jambe de bois sur le côté, la faisant claquer sur le côté. Je me suis coupé la jambe moi-même et j'ai réussi à survivre. J'ai renoncé à la Fontaine pour me venger de Barbe-Noire. Peu importait le temps que cela me prendrait et peu importait ce que je devrais faire pour y parvenir. Devenu Capitaine dans la Marine Royale, et donc corsaire, j'ai de nouveau croisé la route de Jack Sparrow. A Londres. Il était accusé de vouloir monter une expédition pour trouver la Fontaine. Le Roi voulant la trouver avant les espagnols, il voulut que Jack serve de guide à une expédition que je dirigerais. Il refusa et s'évada. J'ai rendu visite à Gibbs qui était emprisonné à la Tour de Londres. Soit il me donnait ce que je voulais soit il était pendu. Détenteur de la carte menant à la Fontaine, il la brûla, m'obligeant ainsi à l'emmener avec moi à bord du HMS Providence parce qu'il avait mémorisé la carte. Une fois l'océan Atlantique traversé, on a mis le cap vers Whitecap Bay. Le royaume des sirènes. J'avais abandonné le navire et une bonne partie de l'équipage à ces vampires des mers assoiffés de chair humaine mais ça, Henry n'avait pas besoin de le savoir. Sachant que Barbe-Noire cherchait également la Fontaine, j'ai enduit mon épée de poison provenant d'une grenouille vénéneuse. je ne comptais pas défier Barbe-Noire sans m'être au préalable assuré d'une supériorité vénéneuse. Des calices étant nécessaire pour accomplir le rituel de la Fontaine, il a trouvé le Santiago, le navire de Ponce de Léon. J'y ai trouvé Jack mais pas les calices. Les espagnols nous avaient devancés. On s'est donc introduit dans leur campement pour récupérer les calices. Mais en repartant, on s'était fait prendre. Cela dit, il ne nous a pas fallut longtemps pour s'échapper. Jack a continué de son côté et moi, du mien avec quelques hommes de la Marine Royale. Je suis parvenu à la Fontaine. Jack était déjà sur place avec cette canaille de Barbe-Noire et une partie de son équipage. Je l'ai défié et l'intervention des espagnols, outre le fait qu'ils détruisirent la Fontaine, me permit de le blesser mortellement avec mon épée. J'avais obtenu ma vengeance. J'ai revendiqué son navire, son équipage et ce sabre. J'ai joint le geste à la parole en le sortant de son fourreau pour le poser sur la table. Chose qui me valut des regards pas très rassurés de la part des clients et dont je ne préoccupa guère. Connais-tu la particularité de ce sabre, petit ?




T
reasure. Avoir une fille, une petite opale, des yeux qui brillent, une peau si pâle. Avoir une fille, c'est faire une femme. Une petite virtuose, avant ses gammes. Avoir une fille, un cœur de sable. Cadeau de Dieu. Cadeau du diable. Avoir une fille, c'est faire un crime où le coupable est la victime. Avoir une fille.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Roméo du Lundi

Voir le profil de l'utilisateur

Messages : 182
Poussière de fée : 693


MessageSujet: Re: So… You said you knew my parents ? † Hector. Mar 27 Juin - 0:06

SPOILER PDC 5 POTENTIEL.


So… You said you knew my parents ?
Hector Barbossa & Henry W. Turner.
L’histoire du capitaine, la découverte de la fontaine de la jouvence, et le reste était vraiment passionnante, et Henry aurait aimé se noyer totalement dans les paroles de l’homme à la jambe de bois, seulement, le problème était qu’il n’arrivait pas à oublier ce qu’il avait dit avant. Toute sa vie, le jeune homme avait étudié les mystères de l’océan, il avait tant rêvé de les voir de ses yeux mais cette chance, il ne l’a pas eu. Il ne l’aurait peut-être même jamais. Quel ironie du sort, quand on sait la vérité sur ses parents… « Le capitaine Jack Sparrow est incroyable ! Il a retrouvé l’une des choses les plus incroyables qui existent… Et vous avez eu la chance de voir la fontaine de vos propres yeux ! C’est incroyable ! Je suppose que ce n’est pas ce qui vous intéressez le plus à ce moment, mais vous avez fait quelque chose d’incroyable ! J’admire votre parcours. Vraiment. Même si je ne suis pas de ceux qui rêvent de faire fortune en mer, j’aurai aimé vivre les mêmes aventures que vous. » Henry sourit doucement, il était sincère quand il disait que le parcours du capitaine était admirable, mais pourtant, il y avait cette petite pointe de déception dans la voix. Malheureusement, on ne peut pas apprendre qu’on ne sait rien de ses parents et ne pas l’être.

Cependant, quand son regard se posa sur le sabre, cette fois-ci, il s’illumina. Bien sûr qu’il connaissait Barbe Noire et toutes les légendes à son sujet ! Il avait été l’un des premiers pirates qu’Henry avait décidé d’étudier quand il avait commencé sa quête pour retrouver Jack. Le regard du jeune homme se posa sur le capitaine du Queen Anne’s Revenge, emplit d’un respect profond, et d’admiration devant les exploits qu’il lui avait conté, et devant ce sabre. « C’est vraiment celui du capitaine Teach ? Je peux le toucher ? Enfin non, bien sûr, c’est le votre, ce serait un manque de respect, je suis désolé pour cette question. Seulement… J’ai lu tellement de chose à son sujet ! » Henry examina l’arme avec beaucoup d’intérêt. Sans y toucher, il parcourut chacun des détails du regards. Elle était aussi belle et imposante qu’on pouvait le raconter. Avide de savoir, il décida de laisser ses tourments intérieurs de côté, et se pencha au dessus du sabre pour le voir de plus près. « C’est fascinant ! Est-ce qu’il est vraiment magique ? J’ai entendu dire que le Capitaine Teach avait des pouvoirs immenses et qu’il pouvait même manipuler les hommes ! Le sabre aurait-il ce pouvoir ? » Le jeune homme espérait sincèrement une réponse du capitaine qui l’aiderait à mieux comprendre cette légende.  
⇜ code by bat'phanie ⇝


P.S. : Tu vas me disputer, mais je tiens à te présenter mes excuses pour cette réponse médiocre. >.<


❝ To the moon and back ❞
Quand on aime quelqu'un, on nourrit pour lui des craintes et des rêves. Il cristallise nos peurs et nos espoirs. Nos plus beaux élans naissent de cela. Ce lien nous anime, nous motive, nous porte, nous construit. La seule chose qui compte, c'est d'avoir quelqu'un pour qui espérer mieux. L'essentiel, c'est d'avoir quelqu'un pour qui trembler.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Papa poule

Voir le profil de l'utilisateur

Messages : 104
Poussière de fée : 484
Métier/Etude : Capitaine du Queen Anne's Revenge, entre autre chose...


MessageSujet: Re: So… You said you knew my parents ? † Hector. Mar 27 Juin - 21:02




Le capitaine Jack Sparrow est incroyable... En plus d'avoir un sourire des plus crispés, j'ai serré la mâchoire et levé les yeux au ciel. Incroyable... N'exagérons rien ! Mais ce sourire crispé se transforma bien vite en sourire supérieur. Le petit m'admirait et j'en était on ne peut plus flatté. Et intérieurement, j'en riais d'avance rien qu'en pensant à la réaction qu'aurait sa chère menteuse de mère en découvrant que son fils unique puisse m'admirer pour ma carrière dans la piraterie. Contrairement à moi, tu es encore jeune, petit. Rien ne dit qu'il n'en sera pas de même pour toi... Il avait l'âge de Carina et part conséquent, encore tout la vie devant lui pour vivre des aventures. Cela dit, à son âge, j'étais déjà devenu un pirate depuis quelques années afin de faire fortune en mer pour échapper à une vie de misère. Quand à la fortune, il m'a fallut attendre quelques décennies et entrer en possession du sabre de Barbe-Noire pour pouvoir l'obtenir et devenir riche. Très riche. Me permettant ainsi de posséder une flotte de plusieurs navires, de devenir Commodore et de prendre le commandement des mers et des océans.

A propos du sabre, le petit était en train de lorgner dessus sans la moindre discrétion. Avant lui, j'avais eu des épées comme armes mais dont l'apparence faisait pâle figure face à celle du sabre. J'ai légèrement froncé les sourcils suite à la requête de Henry. Si tu touches, c'est à tes risques et périls, petit. Simple mise en garde même si je ne risquais pas grand chose face au jeune homme. Lui, en revanche, il n'était pas à l'abri de perdre un doigt en voulant jouer avec une telle arme. Quand il aurait du poil au menton, peut-être... Bien qu'il y ait du bruit autour de nous, je m'étais penché au dessus de la table afin de baisser le ton afin que seul Henry puisse entendre. Puisque tu étais là lorsque j'ai rendu au Black Pearl sa taille originelle grâce à ce sabre, tu as donc pu te rendre compte par toi même s'il était magique ou non. J'ignore comment mais de ce que je sais, Edward Teach avait zombifié son équipage grâce à de la magie noire. Le sabre n'a rien à voir là-dedans. D'après la légende, il aurait été forgé dans l'antique cité de l'Atlantide par Triton lui-même. Il a incorporé un de ses trois saphirs au sabre, lui conférant ainsi le pouvoir à quiconque le possédant de contrôler les navires. Le capitaine du navire attaqué n'en est plus maitre. Tout le gréement, les voiles, chaque planche et jusqu'au plus petit cordage obéit désormais au détenteur du sabre. Ceci-ci, ce dernier perd en puissance une fois sur terre... Mais pour un pirate, ce détail n'a pas grande importance. Sans ce sabre, je ne serais sans doute devenu aussi puissant que je l'étais désormais, aussi riche et avec une telle flotte. Barbe-Noire utilisait aussi le pouvoir de ce sabre pour réduire la taille des navires qu'il attaquait. Il les gardait ensuite dans des bouteilles, comme il l'a fait pour le Pearl. Me redressant, j'ai posé la main sur la poignée de mon sabre afin de le remettre dans son fourreau. Curiosité satisfaite, petit ? Ou as-tu d'autres questions à me poser ?




T
reasure. Avoir une fille, une petite opale, des yeux qui brillent, une peau si pâle. Avoir une fille, c'est faire une femme. Une petite virtuose, avant ses gammes. Avoir une fille, un cœur de sable. Cadeau de Dieu. Cadeau du diable. Avoir une fille, c'est faire un crime où le coupable est la victime. Avoir une fille.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé






MessageSujet: Re: So… You said you knew my parents ? † Hector.

Revenir en haut Aller en bas
So… You said you knew my parents ? † Hector.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1
Sujets similaires
-
» Comment trouver le+ de mes arrieres grands parents
» Comment se préparer à devenir parents( humour!!)
» Braderie puériculture de Simplement Parents le 6 mars
» Lieu d'accueil enfants-parents aux Avenières : qui veut participer ?
» plaintes de parents

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Make a Wish :: Auradon :: Tomorrowland :: The Lucky Nugget Saloon-
Sauter vers: